Portrait du Sculpteur

alt Stéphane Gantelet Sculpteur (à Gauche) .
 
 
Le parcours :

 

Stéphane Gantelet est un sculpteur né en 1966 à Seynod, Haute-Savoie. Il vit et travaille à Sète depuis 1992.

 

Il étudie la sculpture en Angleterre à la Leicester Polytechnic school durant une année avant d’intégrer plusieurs ateliers dont l’atelier Max Leverrier à Paris.

 

Ses sculptures récentes sont de plus en plus fréquemment constituées de volumes obtenus par pliage de papier. La nature légère et éphémère du modèle lègue son empreinte et sa forme à un exemplaire original en bronze indestructible. Il utilise également l’inox dans des installations.

 

Stéphane travaille exclusivement en pièces uniques.

 

Ses sculptures sont présentes chez des collectionneurs privés en France mais également en Allemagne, Hollande, Belgique, Angleterre, aux Etats-Unis et au Japon.

La sculpture :

 

La sculpture de Stéphane Gantelet à 20 ans.

 

Dans ses premières sculptures la représentation de l’homme occupe tout l’espace. Petit à petit des structures sont apparues et un jeu de tension c’est développé entre les deux.

 

Dans un deuxième temps les personnages ont rétrécis au profit de la structure. Pour finir, l’un et l’autre disparaissent pour laisser place à un travail sur une membrane de papier plié tout à la fois structure et peau. Le passage au bronze assure la pérennité du volume.

 

Pourtant, une feuille de papier n’est pas un volume mais plutôt un plan. Elle n’est pas extensible. Aussi, pour l’amener au volume Stéphane la plie. Chaque pli présente une ligne de faiblesse dans le papier. On peut dire que le papier se pli de manière programmé et aléatoire dans un subtil jeu de tension qui trouvent une issue dans la formation de plis.

 

Le pli structure son volume en plans captant la lumière l'animant d’une vibration propre (ridules, parties concaves ou convexes). Cette sculpture renvoie aux formes organiques qui peuplent la nature et notre corps. On pense aux os qui se « déplient » au fil du temps et à la tension de la peau qui les relient entre eux.

 

Dans ses derniers travaux, les formes qu’il imagine sont de plus en plus souvent issue d’un travail de modélisation sur ordinateur avant d’être dépliée virtuellement, permettant ainsi d’imprimer sur papier un patron du modèle 3D. Stéphane ensuite le pli selon les plans du patron pour obtenir le même volume mais augmenté de toutes les traces de travail sur cette fine membrane de papier. Il est ensuite « converti » en bronze.

 

http://www.gantelet.com